Dogan Presse Agence France | Actualite | Politique | Journal
 


Grève de la faim à l’hôpital de Bastia : 'On va crever dans l’indifférence'

Cinq des sept femmes qui ont entamé le 30 octobre une grève de la faim inédite sont toujours debout, épuisées. L’une d’entre elles, la syndicaliste CGT Josette Risterucci, nous dresse le tableau de la situation de l’hôpital dans lequel elle travaille depuis 40 ans.

Chantal, Vilma, Séverine, Viviane… Sept femmes ont arrêté de se nourrir le 30 octobre pour tenter d’alerter les pouvoirs publics sur la situation catastrophique de l’hôpital de Bastia (Haute-Corse) qui cumule les dettes au point de manquer de matériel et de médicaments pour soigner les patients. Une première en France qui est en train de virer au drame dans l’île. La semaine dernière, le directeur de l’Agence régionale de Santé (ARS) a été retenu par du personnel CGT, deux des grévistes ont dû être perfusées, toutes sont dans un état de fatigue critique. Face à cet « acte de désespoir », le ministère de la Santé et celui des Comptes publics proposent des solutions que les employés jugent très insuffisantes pour redresser la barre. Josette Risterucci, l’une des cinq grévistes encore debout ce mardi, syndicaliste et élue communiste à l’Assemblée de Corse, estime que « c’est trop important » pour abandonner.

Sept femmes ont entamé cette grève de la faim le 30 octobre. Où en est la mobilisation ?
Josette Risterucci. C’est physiquement très dur. J’ai moi-même dû être perfusée avant de reprendre de plus belle. Une cadre de santé kiné, par ailleurs handicapée, a dû arrêter tant elle était épuisée. Il n’y a pas eu de préavis de grève donc on continue toutes à travailler, certaines de nuit comme une infirmière en psychiatrie et une permanencière de régulation du Samu. Actuellement, nous sommes cinq mais deux nouvelles vont prendre le relais de celles qui ont dû s’arrêter. On ne peut plus conduire, on s’est installé des lits dans le hall. Ici, tout le monde nous soutient et on reçoit beaucoup de messages de CHU d’autres régions. C’est une première en France pour un hôpital public.

Quelles sont vos principales revendications ?
Ça fait 40 ans que je travaille ici et 20 ans que j’entends parler d’un plan de modernisation de l’hôpital qui ne s’est jamais mis en œuvre. Il est reporté tous les 4 ans. La première conséquence est la vétusté et un établissement qui n’est pas aux normes, notamment la sécurité incendie. Les urgences, c’est une honte, et on a un service psychiatrique du XVIIIe siècle ! On n’en peut plus… L’hôpital doit 29 millions d’euros à ses fournisseurs. Ça nous bloque dans nos commandes. On se retrouve sans antibiotiques, sans matériel pour le bloc opératoire… La direction ne paie plus les charges patronales pour pouvoir payer en priorité les médicaments. Il faut que l’Etat nous aide, le patient est le premier impacté. Cet été, 3 salles de bloc ont dû être fermées alors que la saison touristique battait son plein.

« Une des régions les plus pauvres de France »

De nombreux hôpitaux connaissent des difficultés en France. En quoi la situation bastiaise est-elle particulière ?
Il y a deux grandes raisons. La première est que le budget d’un hôpital est accordé en fonction du nombre de résidents. En Haute-Corse, nous avons d’abord 3 millions de touristes chaque été, environ 30 % d’augmentation de la population. Puis nous avons un phénomène particulier de « semi-résidents », des Corses qui habitent et sont assurés sur le continent mais qui viennent vivre parfois jusque six mois de l’année sur l’île. Ils ne sont pas comptabilisés et pourtant, il y a beaucoup de retraités, qui ont donc besoin de soins. Notre socle de calcul est très bas alors que la population réelle est très importante. Deuxième raison, nous sommes l’une des régions les plus pauvres de France. Une partie de la dette vient de ce que les patients nous doivent. Ceux qui sont en difficulté et qui n’ont pas de mutuelle. Entre 100 et 150 euros par patient nous dit-on, soit 9 millions d’euros de créances irrecouvrables.

Vous avez l’habitude d’être en première ligne dans des conflits sociaux et vous êtes connue dans l’île pour avoir mené de grands combats, comme la reconnaissance des victimes du nuage de Tchernobyl. Que pensez-vous de la réponse de l’Etat cette fois ?
C’est désespérant, d’où cette réponse inédite de grève de la faim. En août, la ministre de la Santé est venue, comme beaucoup d’autres parce qu’ils viennent en vacances dans l’île. Elle nous a écoutés et nous lui avons laissé le temps de s’installer dans ses nouvelles fonctions. Mais la réponse n’est pas à la hauteur. L’ARS nous donne ce qu’elle peut au niveau régional mais ce n’est pas Bercy. De ce côté-là, on nous propose une capacité d’emprunts de 6 millions d’euros en plus du versement accéléré d’une subvention de 3 millions. Le compte n’y est pas… On tiendrait seulement jusqu’en avril avec ça. Par ailleurs, Bercy nous dit de faire des économies sur le personnel en échange d’argent pour faire des investissements. Or nous nous battons pour maintenir les effectifs, quitte à engager des contractuels pour remplacer l’absentéisme qui explose. Les gens sont épuisés, il y a des pathologies lourdes, cancéreuses… On va crever, dans l’indifférence.

Aurélie Rossignol

L’exécutif corse demande des « gestes forts »
Le Président du Conseil Exécutif de Corse, Gilles Simeoni (nationaliste), a apporté son soutien aux grévistes et a demandé des « gestes forts » à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Dans un communiqué publié la semaine dernière, il a assuré lui avoir fait part de l’urgence de la situation. Il a également rappelé que l’Assemblée de Corse avait adopté le 28 juillet dernier, à l’unanimité, une motion relative à la demande d’un plan exceptionnel pour la santé visant à moderniser les infrastructures de l’île.


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

France

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

  • Un Profil pour deux

    Un Profil pour deux

    vu 397 fois
    Comédie, Romance (1 h 40 min)
    Sortie le 12 avril 2017
    Réalisateur : St&eacut
  • Boule & Bill 2

    Boule & Bill 2

    vu 459 fois
    Comédie (1 h 20)
    Sortie le 12 avril 2017
    Réalisateur : Pascal Bourdiaux
  • Fast & Furious 8

    Fast & Furious 8

    vu 984 fois
    Action, Thriller (2 h 16)
    Sortie le 12 avril 2017
    Réalisateur : F. Gary Gray

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES