Dogan Presse Agence France | Actualite | Politique | Journal
 


Berkin Elvan s’est envolé vers l’éternité

Outre les 8000 blessés, Berkin Elvan fut la plus jeune et la dernière des sept victimes, toutes de confession alévie, de la répression policière contre les manifestants de Taksim. L’annonce de son décès avait provoqué des incidents entre policiers et manifestants et relancé une contestation toujours existante contre le gouvernement de l’époque et en particulier contre son premier ministre : Recep Tayyip Erdoğan.

Adolescent de quinze ans, Berkin Elvan vivait dans le quartier alévi d’Okmeydanı à Istanbul. En juin 2013, alors qu’il venait d’aller chercher le pain, il fut mortellement blessé, après avoir été frappé à la tête par une capsule de gaz lacrymogène tirée par la police lors de la vague contestataire antigouvernementale de Gezi Park à Taksim Square. Victime d’un traumatisme crânien, son décès est survenu après 269 jours de coma alors qu’il ne pesait plus que 16 kilos. Le premier ministre turc de l’époque, Recep Tayyip Erdoğan s’était exprimé de façon outrancière en le traitant de délinquant, de marginal et avait même affirmé que le garçon était « membre d'une organisation terroriste » car son visage était couvert d'un foulard. Et, sans état d’âme aucun, il avait publiquement assumé les ordres qu’il avait lui-même donné à la police. À tel point que Gülsüm Elvan, la mère du jeune garçon avait déclaré lors de ses obsèques : « ce n’est pas Allah mais Tayyip Erdoğan qui m’a pris mon fils ».

Aujourd’hui, 11 mars, cela fait 4 ans que Berkin Elvan est mort, victime d’un pouvoir assassin qui, lors des répressions de Gezi, a également coûté la vie à Medeni Yıldırım (18 ans), Abdullah Cömert (22 ans), Mehmet Ayvalıtaş (20 ans), Ethem Sarısülük (26 ans), Ali Ismail Korkmaz (19 ans), et Ahmet Atakan (22 ans).

Le 11 mars 2014, le cœur de Berkin Elvan s’arrêtait de battre et cet enfant qui est mort en allant chercher du pain devrait peser sur la conscience de la République turque. Devenu oiseau de paix parmi les oiseaux, Berkin Elvan s’est envolé vers l’éternité mais est devenu immortel dans la mémoire collective. Berkin Elvan restera à jamais dans le cœur de tous les membres de la communauté alévie à travers le monde mais également dans celui de celles et ceux qui ressentent un profond sentiment d’injustice face à ce drame inconcevable. Car il est impensable qu’un enfant puisse mourir en allant chercher du pain. Il est intolérable que des enfants innocents puissent perdre la vie à cause de violences policières ordonnées par un gouvernement pour lequel plus rien n’est sacré. Car vie des enfants est sacrée. Et ordonner de les abattre reste pour le commanditaire l’acte le plus impardonnable qui soit, dût-il s’appeler Recep Tayyip Erdoğan…

Béatrice Taupin
Dogan Presse Agence


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

France

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik