Dogan Presse Agence France | Actualite | Politique | Journal
 


Salah Hamouri : fin d’une année de détention arbitraire

Arrêté à son domicile de Jérusalem-est par l’armée israélienne le 23 août 2017, Salah Hamouri, jeune militant franco-palestinien, a été libéré aujourd’hui après treize mois de détention administrative.

Ce dimanche 30 août 2018, Salah Hamouri, l’avocat franco-palestinien de 33 ans, a enfin retrouvé sa famille dans son village de Dahyat al-Barid après sa libération intervenue au bout de treize mois d’incarcération. Selon son avocat, Maître Mahmoud Hassan, celle-ci ne se fait malheureusement pas sans condition puisque durant 30 jours, il ne lui est pas autorisé de participer à des « célébrations », ceci incluant sa propre libération. Il lui est également interdit de prendre part à des activités militantes. D’autre part, il a dû payer une caution s’élevant à 3 000 shekels (709 euros).

Salah Hamouri n’a pas bénéficié de réel procès. Il a été détenu sans inculpation et , de façon totalement arbitraire. Ce régime de détention administrative, dénoncé par les défenseurs des Droits de l’homme, est basé sur le fait d’emprisonner des personnes pour une durée inconnue, sans inculpation et sans preuves, et renouvelable à volonté par les tribunaux. Véritable moyen de pression, la détention administrative est largement utilisée par Israël pour des raisons de « sécurité », cela permettant d’incarcérer des personnes jugées suspectes afin d’amasser des preuves tout en prévenant de susceptibles attaques. Actuellement, selon des organisations de défenses des prisonniers, dont l’ONG palestinienne Addameer, 450 palestiniens sont emprisonnés en Israël sous le régime de la détention administrative.

Durant ces longs mois d’incarcération, Salah Hamouri a clamé son innocence. « La liberté est un sentiment indescriptible », a-t-il confié après sa libération. Et de préciser que la France, à son grand regret, n'a pas « fait assez pour obtenir sa libération ». Selon le Quai d’Orsay, le président français Emmanuel Macron aurait pourtant évoqué à plusieurs reprises le cas de Salah Hamouri avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

La nouvelle bataille du jeune avocat est de faire venir à ses côtés sa femme, Elsa Lefort et son fils, qui vivent en France et sont interdits de séjour en Israël. Ceci est en effet une tentative pour que Salah Hamouri les rejoigne et quitte ainsi définitivement le pays puisqu’aucun retour ne serait possible.

Défense des droits des prisonniers politiques palestiniens
Salah Hamouri a été arrêté par l’armée d’occupation à son domicile de Jérusalem-est le 23 août 2017. Sans que ses avocats n’aient reçu la moindre explication, ni aucun motif, le tribunal a maintenu et renouvelé son incarcération durant plus d’un an. Salah Hamouri venait d’obtenir son diplôme d’avocat de l’université de Bir Zeit, en Cisjordanie pour se consacrer à la défense des droits de l’homme et des droits des prisonniers politiques palestiniens.

Il avait déjà passé sept ans dans les prisons israéliennes entre 2005 et 2011. Depuis sa libération, Salah Hamouri militait pour les droits des prisonniers politiques palestiniens et en conséquence subissait un harcèlement constant de la part des autorités israéliennes. Son épouse, Elsa Lefort, de nationalité française, et son fils ne peuvent vivre avec lui à Jérusalem-est sous le prétexte qu’ils représenteraient « un danger pour la sécurité d’Israël ». L’arrestation de Salah Hamouri en août 2017 a été un nouvel exemple de cet acharnement avec pour motif sous-jacent une volonté notoire de le voir quitter définitivement la Palestine.

En France, cette arrestation a provoqué une vive réaction chez les soutiens de Salah Hamouri et les réseaux sociaux francophones se sont emparés de l’information pour se mobiliser durant toute sa période d’incarcération.

Béatrice Taupin
Dogan Presse Agence


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

France

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik