CNN : 'Le CGRI aurait tiré des missiles contre un MQ1 américain le 12 juin !'
 


CNN : 'Le CGRI aurait tiré des missiles contre un MQ1 américain le 12 juin !'

L’Iran aurait tenté d’abattre un drone américain quelques heures avant les attaques contre deux pétroliers en mer d’Oman, a rapporté la chaîne de télévision CNN, citant un responsable à Washington sous couvert de l’anonymat.

Le « non » infligé le mercredi 12 juin par la plus haute instance décisionnelle iranienne aux États-Unis est définitivement entré dans les annales de l’histoire : en envoyant les représentants de deux puissances économiques (l’Allemagne puis le Japon) qui ont perdu la Seconde Guerre mondiale et que les États-Unis continuent à humilier, en leur refusant le droit d’avoir une armée et une défense souveraine, Donald Trump croyait pouvoir faire fléchir l’Iran. C’était cette perspective qu’il a cru bon de faire miroiter à direction des Iraniens : « un avenir économique florissant en échange de votre souveraineté... » C’était sans compter avec la longue tradition qui valorise la résistance à toute forme de tyrannie ainsi que l’amour de la liberté et de l’indépendance et qui se résume en quelques mots : « la tête haute plutôt que de vivre comme un lâche ».

À peine quelques heures après avoir été vertement humiliée en terre iranienne, l’Amérique de Trump a monté un scénario de vengeance, un scénario mal ficelé et peu intelligent. La double attaque à bord des pétroliers japonais en mer d’Oman, que personne ne croit être une « œuvre iranienne » tant elle est grotesque, a précédé une vidéo du soi-disant minage de l’un des pétroliers par un bateau du Corps des gardiens de la Révolution. Or les images ne parviennent même pas à convaincre les alliés les plus proches des États-Unis : le Japon, dont le Premier ministre vient de rentrer d’Iran, ne croit pas la version américaine, tout comme l’Allemagne, qui la juge non convaincante. Quant à l’UE, elle la qualifie d’ubuesque. Les alliés arabes de Washington évitent de se référer à la vidéo, se contenant plutôt d’affirmer être prêts à en découdre avec l’Iran, si évidemment les États-Unis en faisaient autant.

Après ce premier revers, les Américains sont revenus à la charge, cette fois avec une nouvelle version des faits à l’appui de cette vidéo controversée. Selon CNN, citant une source américaine anonyme, l’Iran aurait tiré, le jour même de l’incident, un missile sol-air en direction d’un drone américain, mais l’engin aurait échoué en mer sans atteindre sa cible. Toujours selon cette source anonyme, ce serait un « MQ-9 américain qui aurait repéré la vedette rapide du CGRI le 12 juin alors que celle-ci se rapprochait des deux pétroliers. Ce serait ce même drone que les Pasdaran ont tenté d’abattre ».

Évidemment, la source se refuse de fournir des informations supplémentaires (faute de preuve), mais se voit suppléer par le journaliste de CNN, qui ajoute en passant que les « Houthis pro-Iran avaient abattu, quelques jours avant l’incident en mer d’Oman, un MQ-9 au-dessus de la mer Rouge ».  

Cet amas de sornettes ne risque pas toutefois de sauver l’équipe Trump de ce qui se prépare contre elle à Téhéran : depuis 48 heures, les experts iraniens travaillent assidûment sur la mine découverte, lors des opérations de sauvetage des membres de l’équipage des pétroliers, mine qui en dira bien long sur les auteurs des attaques. Les données que fournira l’enquête iranienne permettront sans doute de remonter la filière et d’élucider, pourquoi pas, les circonstances dans lesquelles se sont produites les explosions à Fujaïrah aux Émirats. Ce sera alors bien difficile pour M. Trump et ses alliés de faire croire au monde qu’ils se soucient réellement du transit libre de l’énergie dans le golfe Persique. Les pétroliers américains aiment tant ces temps-ci faire remonter les cours.


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik