Le tremblement de terre du 11 novembre est le plus important survenu en France depuis 16 ans
 


Le tremblement de terre du 11 novembre est le plus important survenu en France depuis 16 ans

On a ressenti des secousses de Lyon à Montélimar, mais aussi à Nîmes, ce lundi. La faute à un séisme de magnitude 5,4 dont l’épicentre se situe dans la région de Montélimar, d’habitude épargnée.

La secousse a été ressentie dans une vaste zone du sud de la France allant jusqu'à Saint-Etienne, Grenoble et Lyon. Selon le Bureau central sismologique Français (BCSF), l'épicentre du séisme advenu ce lundi à 11 h 52, de magnitude 5,4 sur l'échelle de Richter (qui va jusqu'à 9) se situe en Ardèche, à « 26 km au sud-est de Privas », à proximité du Teil.

Ce tremblement de terre est le plus important depuis 16 ans. Le soubresaut est une « grosse surprise à l'échelle de la mémoire humaine, il y a au moins 50 ans qu'il n'y avait pas eu de séisme de cette ampleur dans la région. Mais, à l'échelle historique, relativise Frédéric Masson, le directeur de l'école et observatoire des sciences de la terre OST), ce type d'événement survient tous les dix ans en France. »

On peut s'attendre à des répliques

En effet, il faut remonter à 2003 pour retrouver un tremblement de terre similaire. C'était à Saint-Dié, dans les Vosges. Aucune victime n'avait été déplorée, mais l'opéra de Strasbourg avait été ébranlé, et l'on avait évacué la salle sur la place Broglie. « On considère que la zone de Montélimar est à sismicité faible, explique Pablo Ampuero, du laboratoire Géoazur à l'université de Nice. Le manteau terrestre bouge, mais lentement, alors il casse peu ».

Passé cette première secousse, on peut s'attendre à des répliques : « Dans les prochains jours, on envisage des séismes qui pourront aller jusqu'à une magnitude 4 », prévient Pablo Ampuero. En fait, nous sentons les effets à partir de la magnitude 3. Et, dans de très rares cas - 4 % de risque -, la copie peut-être plus importante que l'événement originel.

Une faille méconnue

Dès ce lundi, les spécialistes des mouvements telluriques de tout le pays se sont transformés en détectives et déploient leurs outils. « En France, il y a beaucoup de failles, on ne sait pas lesquelles sont actives. Ce séisme vient d'illuminer une faille dont on ne connaissait pas l'activité ou même une faille non encore cartographiée », détaille Pablo Ampuero. Les chercheurs vont installer leur sismomètre sur place pour tenter de la localiser. Au laboratoire Géoazur, on se prépare aussi à expérimenter le projet « Monidas » à terre : « Le principe est que nous convertissons les fibres optiques en outils de mesure. Ainsi, 50 km de fibres deviennent l'équivalent de 50 000 sismomètres », décrit le chercheur.


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik