Irak/Liban : 'On regarde comment la France de Macron traitera ses manifestants?'
 


Irak/Liban : 'On regarde comment la France de Macron traitera ses manifestants?'

Alors qu’en Irak et au Liban, la France se fait distinguer par ses remontrances à l’adresse des États en place, les Français s’apprêtent à descendre massivement le 5 décembre dans la rue. Après plus d’un an de répression des Gilets jaunes, le monde entier attend de voir comme la police de la Macronie se comportera envers les manifestants.

Mardi, l’ambassade de France à Bagdad a condamné la « violence » à l’encontre des manifestants irakiens, appelant le gouvernement à faire preuve du respect des droits de l’homme tout comme le ministre Le Drian avait donné de semblables conseils à l’Iran au plus fort des troubles marquant début novembre les protestations contre la hausse du prix à la pompe. Donc le 5 décembre est bien à suivre par les observateurs moyen-orientaux. Un modèle sécuritaire que la France importe d’Israël va-t-il tolérer que le citoyen dise non à une réforme des retraites ultralibérales qui écrase la couche la plus fragile de la société ?

 L’Union Locale CGT de Saumur et environs appelle à faire grève jeudi 5 décembre et à manifester à Saumur pour imposer une autre réforme des retraites. Le rendez-vous est donné sur la place de la République à 10h30. Le cortège devrait s’élancer ensuite en direction de la gare.

Les représentants du syndicat justifient cette mobilisation dans un communiqué qui rappelle aussi que cet appel est très largement partagé par d’autres syndicats (FO, FSU, Solidaire, UNL, UNEF…).

Cette réforme impacte tous les salariés, les jeunes, les moins jeunes donc les retraités. Le but de cette réforme c’est de faire baisser les pensions en appliquant un seuil à mille euros pour tous à taux plein […] ».

Et le syndicat d’avancer ses revendications : Nous voulons une réforme qui soit le fondement de la pluralité intergénérationnelle comme notre système actuel. […] Nous réclamons : un départ à la retraite à 60 ans, la reconnaissance de la pénibilité par métier avec départ anticipé à partir de 52 ans, une revalorisation des salaires avec un SMIC a minima à 1 800 € brut, pas de pensions en dessous de 75 % du SMIC, l’application de l’égalité femmes/hommes sur les salaires… »-


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik