Turquie: des mécontentements au sein de l’armée pourraient-ils déclencher un coup d’État?
 


Turquie: des mécontentements au sein de l’armée pourraient-ils déclencher un coup d’État?

L’invasion de la Syrie par Erdogan qui a entraîné des pertes massives parmi les militaires turcs, la destruction des véhicules blindés et l’abattement par la DCA syrienne d’un drone Anka, coûtant plusieurs millions de dollars, a provoqué des protestations au sein de l’armée turque, ce qui menace Erdogan d’un nouveau coup d’État si ce dernier n’est pas en mesure d’assurer la sécurité des troupes turques en Syrie.

L’armée syrienne a abattu le 25 février un méga drone de l’armée de l’air turque qui survolait l’est d’Idlib, un « TAI Anka », soit un drone conçu sur base de missile de croisière. Il s’agit d’un drone de l’armée de l’air turque d’altitude de croisière et de longue autonomie que l’armée turque a utilisé pour soutenir l’avancée de ses troupes sur les positions de l’armée syrienne dans la région de Nerab.

C’est ce qu’affirment directement les hauts responsables militaires qui sont déjà à la retraite.

« Il n’est pas rentable pour notre pays de travailler contre le gouvernement central syrien et de porter le fardeau d’une guerre indirecte impérialiste. Bien sûr, en politique étrangère » affirme Turker Erturk, un contre-amiral à la retraite de la marine turque cité par Avia Pro, un site proche de la Défense russe.

La source russe ajoute que des émeutes, apparemment, se préparent dans les rangs des troupes turques, dont plusieurs centaines sont en fait entourées par l’armée syrienne, et en cas d’agression militaire d’Ankara, elles deviendront les premières cibles des troupes syriennes. De plus, les convois militaires turcs ne sont pas autorisés à pénétrer dans un certain nombre de postes d’observation encerclés et les soldats turcs déclarent ouvertement qu’ils sont prêts à se rendre afin d’être capturés par l’armée syrienne de peur de ne pas mourir de faim.

Alors que la Turquie était il y a quelques mois sur le point de normaliser les relations avec la Syrie et qu’il y avait de plus en plus de rencontres entre les responsables turcs et syriens, fin janvier Ankara a rapidement changé de cap et s’est engagé dans un conflit meurtrier avec Damas.

Il semble que ce sont en réalité les États-Unis et l’OTAN qui ont incité Erdogan à déclarer la guerre à la Syrie voisine, car l’armée turque n’a aucun intérêt à s’engager dans une guerre « inutile ».

Pour empêcher « une rébellion » au sein de l’armée, la justice turque a ordonné la semaine dernière l’arrestation de 157 membres du personnel de l’armée turque, dont 101 officiers en service, a annoncé l’agence de presse officielle Anatolie.


:

Photos de l'article

Video de l'article

Articles similaires

 

Politique

Economie

Jeunesse

Culture

Technologie

Cinema Guichet

Valence ville

Drome

SPORT

Sante

Vidéos les plus vues

Monde

LE TOP 6 DES ARTICLES


siber güvenlik